ICAJ Institut canadien d'administration de la justice Écouter. Apprendre. Inspirer.

L'ICAJ en 2017-2018

+ 1000 membres
1829 participants
350 conférenciers
32 programmes reconnus
69 jours de formation
3 tables rondes provinciales sur les délais dans le système de justice pénale

L’impact de l’intelligence artificielle et des médias sociaux sur les institutions juridiques

44e Conférence annuelle
Du 16 au 18 octobre 2019, Québec

Réservé aux juges!

Êtez-vous juge?
Ces programmes ont été conçus spécialement pour vous!

Les joies et les peines d’une longue carrière

Du 13 au 15 novembre 2019, Toronto

Devenez membre de l'ICAJ...

participez à nos activités et contribuez au changement!

Qui sommes-nous?

Fondé en 1974, l’Institut canadien d’administration de la justice (ICAJ) rassemble les individus et les institutions au service de l’administration de la justice et vise à promouvoir l’excellence en favorisant l’acquisition de connaissances, la formation et l’échange d’idées. L’ICAJ offre des programmes multidisciplinaires qui s’adressent à tous les acteurs du système de justice, rédige des rapports et émet des recommandations pouvant servir d’assise au changement.

Devenez membre

Les membres de l'ICAJ représentent toutes les régions du Canada. Parmi ceux-ci, on retrouve des membres de la profession juridique, de la magistrature et des tribunaux administratifs, des professeurs et des étudiants en droit, des rédacteurs législatifs, des administrateurs judiciaires, des représentants d'organismes gouvernementaux, d'organismes communautaires et des forces policières, des journalistes, ainsi que des membres du public.

Nos services et programmes de formation sont offerts dans les deux langues officielles.

Gardez le contact

Abonnez-vous à notre infolettre pour suivre l’actualité de l’ICAJ et être au courant des nouvelles formations offertes.

Blogue Dernières nouvelles

Légiférer par généralités ou en termes précis? Quelle question!

Dans le processus d’élaboration d’un texte législatif, le légiste est confronté à un certain nombre de défis terminologiques, dont celui de choisir le vocabulaire approprié. Faut-il utiliser des termes précis ou des concepts généraux ? Un spécialiste, dans les années 80, a posé la question : « Doit-on légiférer par généralités ou doit-on tout dire? »[1] Cette question…